Christopher Nolan : «Bruce Wayne n’a pas d’autre super pouvoirs que la richesse »

Samedi 12 mai 2018, Christopher Nolan a donné une conférence de presse de deux heures. Le réalisateur a évoqué sa propre vision de la trilogie Dark Knight et abordé le cinéma, son cinéma et forcément Stanley Kubrick. Extraits.

Le bon et les méchants

Nolan a expliqué qu’en 2005, il avait envisagé Batman Begins comme une histoire simple. « Henri Ducard, le méchant joué par Liam Neeson, est un adversaire approprié », a déclaré Nolan. « Il est un mentor devenu ennemi ». Ensuite, il y a eu le deuxième épisode en 2008 avec Heath Ledger. « Pour moi, The Dark Knight a toujours été un drame criminel dans le moule d’un film de Michael Mann. Le Joker était un terroriste, un agent du chaos ». Et enfin, en 2012, le grand final, The Dark Knight Rises, avec Tom Hardy, « J’ai envisagé ce film comme une épopée et Bane, en ennemi militariste a beaucoup contribué à ça. »

« Nous n’avions pas prévu de faire une suite à Batman Begins »

Chose intéressante, Nolan ne se voyait pas nécessairement lancer une franchise « Batman». « Nous n’avions pas prévu de faire une suite à Batman Begins », a déclaré le réalisateur Britannique. « Donc, les genres évoluants, j’ai senti le besoin d’emmener les gens dans un autre univers et leur proposer quelque chose de différent à propos de Bruce Wayne ».

Nolan a admis qu’il a abordé l’univers de BD de Batman sous un angle différent, comme un thriller. « Oui, c’est un super-héros, mais il est construit sur des idées de culpabilité, de peur », et d’ajouter : «Bruce Wayne n’a pas d’autre super pouvoirs que la richesse. Il est juste quelqu’un qui fait beaucoup de pompes. En ce sens, il est très humain. Je pense que c’est pour ça que je me suis attelé à lui ».

Batman 007

Lorsque les journalistes lui ont demandé si son Batman rendait hommage à James Bond, Nolan a admis une connexion. « Nous avons pillé sans pitié les films de James Bond sur certains aspects », a déclaré Nolan, ajoutant qu’ils voulaient le rendre aussi convaincant que 007. Il a d’ailleurs précisé que l’inventeur en chef de Gotham, Lucius Fox, est semblable à l’agent Q de Bond. « Mais je pense que si j’ai fait ma version de James Bond, Inception en est beaucoup plus proche que The Dark Knight ».

Toute, toute première fois

C’est la première fois que Christopher Nolan est présent au festival de Cannes. Et à propos de 2001 : l’Odyssée de l’espace, il a abordé l’aspect technique : « Les films réalisés de manière analogique doivent être projetés de manière analogique chaque fois que c’est possible », a déclaré Nolan.

Il a passé une grande partie de son discours à expliquer pourquoi il préférait tourner sur pellicule plutôt qu’en numérique. « Pour ma part, je trouve que c’est l’outil le plus immersif pour faire rentrer le spectateur dans l’histoire.”

« En 1968, Stanley Kubrick a simplement refusé de se soumettre à l’idée qu’il y avait des règles que vous deviez appliquer en termes de narration ».

Christopher Nolan a vu 2001 pour la première fois à l’âge de 7 ans, à Londres avec son père, après avoir été réédité sur grand écran suite au  succès de Star Wars en 1977. « Je pense que j’ai vécu cette expérience en ce qui concerne mes propres films, c’est juste le sentiment que les films peuvent vouloir dire quelque chose », a déclaré Nolan. « En 1968, Stanley Kubrick a simplement refusé de se soumettre à l’idée qu’il y avait des règles que vous deviez appliquer en termes de narration ». « Il nous incombe de repousser les limites et surtout, de ne pas être redevables aux règles théoriques », a déclaré Nolan.

Christopher mnemonic

Concernant Memento sorti il y a déjà 18 ans, il a déclaré ceci : « On dit souvent que ce film n’est pas linéaire, et bien c’est tout l’inverse. C’est intensément linéaire, mais ça marche en arrière. C’est pour cette raison que vous ne pouvez en éliminer une seule scène, vous ne pouvez pas changer l’ordre. Je devais déjà le faire durant la phase de script ».

Nolan a ensuite décrit son style en tant que réalisateur et son choix de ne pas employer une deuxième unité car il préfère tourner toutes les scènes lui-même. « Si je suis le réalisateur, je dois tourner personnellement tout ce qui est présent dans le film ».

Et de conclure par : « Je n’utilise pas de moniteur sur le plateau. Je reste près de la caméra. Je veux voir où sont les choses dans un espace tridimensionnel ».

Alors que Christopher Nolan a refusé de réaliser Bond 25 au profit de Danny Boyle, une vieille rumeur court sur la préparation d’un biopic sur Howard Hugues, 15 ans après Aviator de Martin Scorsese.

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvrez notre boutique

+ de SEE snack

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !