Tom Cruise, notre top 20 entre ombre et lumière !

Avant de devenir une « cash » machine à blockbuster, Tom Cruise a été un comédien souvent exceptionnel et dirigé par les plus grands. De Scorsese à Spielberg, en passant par Kubrick ou Mann, voici nos 20 meilleurs films de l’acteur. Un classement qui ressemble à une encyclopédie hollywoodienne de ces 40 dernières années.

Par Colonel Dawa

A la fin des années 2000, après vingt ans d’une carrière éclectique et prolifique et deux divorces avec Nicole Kidman et Katie Holmes, son prosélytisme scientologue avait fait basculer Tom Cruise dans un registre plus proche du « sect symbol » que celui de comédien confirmé.

Jusqu’ici, l’acteur avait à peu près coché toutes les bonnes cases, passant avec une aisance déconcertante, du cinéma commercial et clipesque de Tony Scott à celui plus complexe de Michael Mann, sans compter l’hypnotique Eyes Wide Shut, véritable mise en abyme de son couple, dirigée par l’inégalable Stanley Kubrick, qui signait par la même occasion, son testament cinématographique.

Mais cette entrée dans les années 2010, aussi déstabilisante soit-elle pour les spectateurs – finalement assez peu enclins à suivre les préceptes de la dianétique de l’illuminé Ron Hubbard, fondateur de l’église de Scientologie – aura également vu l’acteur Tom Cruise se transformer en machine, certes avec encore un peu d’âme, mais entièrement damnée au sacro-saint blockbuster.

Alors, à l’heure où la star qui fait encore ses cascades elle-même, a repris les tournages des Mission Impossible 7 et 8, et que Top Gun : Maverick, déboulera sur les écrans à Noël 2020, retour en 20 films, sur un des plus beaux CV cinématographique des 40 dernières années pour un comédien américain.

20 – Oblivion – 2013

De Joseph Kosinski avec Tom Cruise et Olga Kurylenko

Film de SF hybride, qui à certains moments parait superficiel, Oblivion réserve tout de même de nombreuses scènes superbes et une esthétique particulière, que Joseph Kosinski, qui était architecte avant de devenir cinéaste, filme avec talent et arrive toutefois à capter le spectateur.

Les scènes de combat, les poursuites avec les drones, l’esthétique générale est magnifique, donnant presque envie d’avoir la possibilité d’évoluer dans cet univers pourtant hostile. Le cinéaste est là dans son élément, il maîtrise parfaitement le rythme de son film et, n’a pas besoin d’une 3D pour nous en mettre plein les yeux.

Quant à Tom Cruise, il survole le film dans sa mission totalement introspective jusqu’à ce que son personnage, Jack Harper, dérouté par ses souvenirs passés d’une terre qu’il n’a pas pu connaître, va devoir combattre contre… un autre Jack Harper.

La métaphore du combat de Cruise face à lui-même stigmatise l’idée qu’il puisse être son propre ennemi, c’est bien finalement la chose la plus intrigante qui ressort de ce drôle d’objet qu’est Oblivion.

A LIRE AUSSI : NOTRE CRITIQUE D’OBLIVION

19 – Cocktail – 1988

De Roger Donaldson avec Tom Cruise et Elisabeth Sue

Entre Rain Man et Né un 4 juillet, Cruise s’offre avec Cocktail, une parenthèse qui aujourd’hui encore résonne comme un emblème typique des eighties.

Légères et enivrantes, les 30 premières minutes de Cocktail sont assez jouissives. Le film a le charme aérien des années 80, et Cruise dans le costume d’un barman est réellement amusant. Film léger servant la soupe à la culture yuppie de la fin des années 80 entièrement tournée sur l’argent facile, Cocktail permet toutefois de voir un Tom Cruise jouant avec du recul et de l’auto-dérision un personnage aux antipodes de la noirceur de Ron Kovic, qu’il incarnera l’année suivante dans Né un 4 juillet.

18 – Tonnerre sous les tropiques – 2008

De et avec Ben Stiller et Jack Black

Tom Cruise ne tient pas le premier rôle de cette comédie totalement délirante et surtout complètement réussie de Ben Stiller portée par Stiller et Jack Black.

Mais voir l’acteur dans le rôle de directeur de studio Les Grossman est tout à fait hilarant, et Cruise, y est presque méconnaissable. 

Le film amorce le début d’un changement pour Cruise, et constitue donc un jalon important sur la trajectoire de sa carrière cinématographique. Et rien que pour le générique de fin, dans lequel le comédien se lance dans une danse grotesque mais à hurler de rire, suffit à ce que la performance soit saluée à défaut d’en faire un long-métrage majeur.

17 – La couleur de l’argent – 1986

De martin Scorsese avec Tom Cruise et Paul Newman

Neuvième film du comédien, La couleur de l’argent sort la même année que Top Gun et le contraste de jeu que Cruise offre dans chacun des films est saisissant. Vendu comme la suite de L’Arnaqueur, Paul Newman reprend ici son rôle d’Eddie Felson, ex-joueur virtuose de billard, dont la rencontre avec Tom Cruise alias Vincent Lauria va réveiller ses vieux démons… d’arnaqueur.

Le film fait office de passage de témoin d’une star consacrée, à une autre, montante, Scorsese offre là une œuvre atypique dans sa filmographie, qui ne rencontrera pas le succès espéré mais qui offrira à Cruise une épaisseur qui lui donnera accès à des réalisateurs comme Oliver Stone ou Barry Levinson.

16 – La Firme – 1993

De Sydney Pollack avec Tom Cruise et Jeanne Tripplehorn

Au début des années 90, Cruise est presque devenu lui-même un homme d’affaires américain typique, et peut-être que son film le plus mémorable de cette période, est cette adaptation du bouquin de John Grisham The Firm

Sydney Pollack prend son temps côté mise en scène pour cette histoire qui elle aussi, symbolise les années frics, et le duo Gene Hackman / Tom Cruise fonctionne à merveille dans ce décor d’entreprise dans laquelle le personnage de Cruise devra fournir 80 heures de travail hebdomadaires pour s’imposer comme un homme d’affaire redoutable.

15 – Le dernier Samouraï – 2004

De Edward Zwick avec Tom Cruise et Billy Conolly

Alors que la combinaison du titre du film et de la présence antinomique de Tom Cruise sur l’affiche a attisé les critiques dans le mauvais sens, Le dernier Samouraï est en fait une épopée historique étonnamment réfléchie, sensible et réussie. 

Le réalisateur Edward Zwick, qui plus tard réalisera Blood Diamond avec DiCaprio, traite habilement cette histoire d’un Japon d’après-guerre civile. 

Cruise y est tout simplement convainquant en soldat alcoolique qui se retrouve immergé dans le monde des samouraïs.

Ce sera la seule épopée historique sur le CV de Cruise.

14 – Jack Reacher – 2012

De Christopher McQuarrie avec Tom Cruise et Rosamund Pike

Pour cette adaptation du héros créé par Lee Child, le comédien va donner sa chance au scénariste de Walkyrie, Christopher McQuarrie déjà réalisateur de The Way of The Gun en 2000.

Cruise opère ici un retour à un cinéma policier sec et viril qui fleurissait à Hollywood durant les seventies. Son personnage, ancien flic de l’armée disparu de la circulation après son retour au pays, est décrit comme un justicier indépendant aux méthodes ambiguës.

Si le comédien a toujours un peu trop tendance à vouloir érotiser son antihéros, les spectres de Don Siegel, Walter Hill et William Friedkin planent sur le film, et ce jusque dans un Cinémascope ciselé ainsi que dans de longues plages muettes (l’incroyable ouverture) qui définissent les protagonistes par leurs actes davantage que par leurs paroles.

Tom Cruise jouera dans une suite en 2016, réalisée par Edward Zwick, mais cette dernière manquera de fraîcheur et sera un fiasco commercial.

On sait aujourd’hui que McQuarrie et Cruise avaient envisagé de poursuivre la franchise mais avec un côté plus sombre et plus proche du Jack Reacher créé par Lee Child.

A LIRE AUSSI : NOTRE CRITIQUE DE JACK REACHER

13 – Entretien avec un Vampire – 1994

De Neil Jordan avec Tom Cruise et Brad Pitt

Après Paul Newman pour et Dustin Hoffman pour, Cruise n’hésite pas une fois de plus de partager l’affiche avec une superstar, Brad Pitt.

Extrêmement critiqué, et même fustigé lors de l’annonce qu’il allait endosser le rôle du vampire Lestat de Lioncourt dans l’adaptation du livre éponyme d’Anne Rice, une fois que les gens ont spectateurs ont vu le film, l’avis général changea au profit du comédien.

En effet, la performance de Cruise est excellente, l’acteur arrive à donner un ton formidable à la relation de Lestat avec Louis alias Brad Pitt, en jouant avec finesse la relation amoureuse sous-jacente entre les deux personnages.

Le film, sombre et somptueux, retranscrit parfaitement le destin tragique des vampires, stimulé par les excellentes performances des deux acteurs, mais également de Kirsten Dunst

12 – Mission : Impossible : Protocole Fantôme – 2011

De Brad Bird avec Tom Cruise et Jeremy Renner

Quatrième épisode de la saga, il offre un spectacle réellement spectaculaire. 

Le réalisateur Brad Bird, plus habitué aux productions Pixar dont Les Indestructibles, a réussi à tourner le numéro le plus dynamique à ce jour, à l’exception du premier opus de Brian De Palma, avec bon nombre de scènes qui dotées d’une palette délicieusement diversifiée. 

Et puis comme à son habitude, Cruise y fait ses cascades lui-même avec notamment le point d’orgue du film, dans lequel le comédien crapahute tout simplement à plusieurs centaines de mètres sur la façade de la tour Burj Khalifa de Dubaï.

C’est l’une des scènes les plus spectaculaire de l’ère moderne du cinéma, et elle fait basculer la franchise dans la posture de meilleure concurrente à James Bond.

11 – Rain Man – 1989

De Barry Levinson avec Tom Cruise et Dustin Hoffman

Après le très superficiel Cocktail, Cruise attaque le tournage de son onzième film, et pour l’occasion, il ne va pas hésiter à se confronter à un véritable monstre sacré du cinéma, Dustin Hoffman.

Parfois un peu trop théâtrale, l’histoire de ce road movie, dans lequel le personnage de Cruise découvre que son frère trisomique, a en réalité hérité de la totalité de la fortune de leur père qui vient de décéder, est l’occasion d’une rencontre entre deux comédiens réellement exceptionnels.

Hoffman a la part belle et incarne d’une manière sidérante ce frère handicapé, mais Cruise ne se contente pas d’y jouer le faire-valoir, et s’en tire admirablement.

Cette parabole empathique met parfaitement en exergue toute la palette de jeu de l’acteur.

10 – Magnolia – 1999

De Paul Thomas Anderson avec Tom Cruise et William H. Macy

Au délà du fait que le film de d’Anderson, déjà auteur de Boogies Nights, est un chef-d’œuvre incontestable, il offre probablement une des meilleures performances de Tom Cruise.

Avec Magnolia, Anderson arrive à faire un film « d’auteur » avec le budget d’une superproduction et confère à son œuvre une dimension émotionnelle qu’on vous défie de ne pas ressentir.

Frank TJ Mackey ne ressemble à aucun personnage que Cruise n’ait jamais joué auparavant, et pourtant il porte ce rôle de gourou misogyne de manière tout simplement brillante. Et le fameux impact émotionnel du film est en grande partie dû au formidable travail de Cruise dans l’acte final du film.

09 – Mission : Impossible – 1996

De Brian De Palma avec Tom Cruise et Jean Reno

Produit par Cruise lui-même, cet épisode de MI est le tout premier de la saga, et pour l’occasion, le comédien embauche le réalisateur de deux films exceptionnels de l’époque, Les Incorruptibles et L’Impasse, Brian De Palma.

Véritable écrin à la gloire de Tom Cruise qui reprend le rôle du célèbre espion Ethan Hunt, De Palma réalise toutefois un coup de maître en créant un film d’espionnage avec le flair d’un auteur et en cumulant les morceaux de bravoure. 

Le résultat est un blockbuster passionnant, complexe et sinueux avec un minimum de cervelle.

Mission : Impossible pose les bases d’un Tom Cruise incarnant un héros musclé du cinéma, et ce premier opus est le plus entêtant et reste l’un des meilleurs scores au box-office de la franchise.

08 – La Guerres des Mondes – 2005

De Steven Spielberg avec Tom Cruise et Dakota Fanning

Après l’expérience ultra réussie de Minority Report, Spielberg n’hésite pas une seule seconde pour recruter Cruise pour son adaptation au cinéma du roman de science-fiction de H.G. Wels.

Le film surfe clairement sur la peur post 11 septembre, Spielberg faisant le choix génial de raconter une histoire d’invasion uniquement du point de vue d’un citoyen. Le résultat est un thriller terrifiant et claustrophobe avec un noyau sincèrement humain qui parvient à la fois à exciter et à… horrifier.

Ce film est en quelque sorte un blockbuster « cheval de Troie », dans la mesure où Spielberg utilise un budget colossal et le transforme en un examen essentiel et réfléchi du monde immédiatement après les événements tragiques du 11 septembre. 

Tom Cruise, en père absent qui va forcément devoir s’occuper de ses enfants, y livre également une performance exceptionnellement juste, dans un registre pourtant casse-gueule des bons sentiments.

07 – Né un 4 juillet – 1990

D’Oliver Stone avec Tom Cruise et Raymond J. Barry

Le film d’Oliver Stone sur la guerre du Vietnam est l’œuvre ouvertement la plus politique du réalisateur et, par extension, de Tom Cruise à ce jour. 

Le comédien, dans le rôle de Ron Kovic, vétéran du Vietnam devenu handicapé – qui signe par ailleurs le scénario du film – livre l’une de ses performances les plus impressionnantes de sa carrière, et Né un 4 juillet reste un des longs-métrages les plus prenants et oppressants d’Oliver Stone.

06 – Minority Report – 2002

De Steven Spielberg avec Tom Cruise et Kathryn Morris

Pas d’enfants pour une fois, dans ce film de Spielberg, sa version du livre de Philip K. Dick est un film adulte et pour adultes. Il parvient de manière époustouflante à créer une vision du futur où l’on alterne avec un immense plaisir entre technologie et psychologie.

Trois ans avant La Guerre des Mondes également réalisé par Spielberg, Tom Cruise offre une prestation essentielle dans sa carrière. Entre douleur et lyrisme, le comédien prouve ici une fois de plus, l’ampleur de son registre.

05 – Collateral – 2004

De Michael Mann avec Tom Cruise et Jamie Foxx

Au-delà du talent de Cruise, Collateral est tout simplement un film exceptionnel.

D’abord Michael Mann prouve ici qu’il est possible d’exploiter l’industrie américaine et sa préoccupation première de rentabilité, pour faire un film sombre, épais, compact, dénué d’effets spéciaux mais rempli d’un suspense difficilement soutenable.

Mann aime les rencontres d’acteurs, et il l’a largement prouvé notamment avec Heat qui voyait se confronter les deux monstres De Niro et Pacino.

Là aussi, Cruise offre une de ses compositions magistrales, dans laquelle il mêle avec une rare habileté, une distance impressionnante à une démence délirante.

Non dénué d’humour, ce qui est rare chez Mann, Collateral est un polar subtil dans lequel Jamie Foxx est également impeccable.

04 – Edge of Tomorrow – 2014

De Doug Liman avec Tom Cruise et Emily Blunt

Probablement l’une des plus belles surprises de la décennie précédente, Edge of Tomorrow est une œuvre de science-fiction fine, intelligente, excitante et surtout unique. Mais le film n’est pas seulement distinctif en termes d’intrigue ou de direction – Cruise lui-même joue un personnage différent de celui qu’il a joué auparavant : un lâche. C’est une proposition déroutante sur les attentes du public pour un blockbuster avec Tom Cruise, qui va le voir indéfiniment évoluer dans une même action, jusqu’à ce qu’il touche au but, comme un remake SF d’Un jour sans fin d’Harold Ramis.  

Le package action / psychologie – voire philosophie – offre au comédien une chance de faire évoluer son personnage le Major Bill Cage, de « lâche » à « héros » de manière subtile. Cependant, l’arme secrète du film, est Emily Blunt, qui joue son rôle avec toute la complexité et le dynamisme qui dans ses doutes et son manque de confiance à l’autre, lui permet d’être quasiment pendant féminin à Cruise, très intéressant.

Liman, Cruise et Blunt, viennent de terminer le tournage d’un Edge of Tomorrow 2.

03 – Risky Business – 1983

De Paul Brickman avec Tom Cruise et Rebecca De Mornay

Quand Tom Cruise tourne Risky Business, il vient à peine de passer le cap de la vingtaine, et ce film, qui est le troisième de sa carrière, va véritablement poser les bases de ce qui deviendra très rapidement une des plus grosses stars d’Hollywood.

C’est encore aujourd’hui, un des meilleurs films du comédien, et cette histoire d’adolescent friqué, un peu trop sûr de lui, qui va se lancer avec l’aide d’une call girl – impeccable Rebecca De Mornay – à transformer la demeure familiale en maison close en l’absence des parents, est un écrin parfait pour la starification de Cruise.

En une scène de danse, simplement habillé d’une chemise et chaussettes, et avec un chandelier en guise de micro, Cruise va enflammer le public et basculer définitivement dans le statut de star.

Quant au réalisateur Paul Brickman, il gère ce drame sur la sexualité des adolescents, avec virtuosité, et d’une manière incroyablement délicate.

Bien des années plus tard, il faudra attendre la série Sex Education pour retrouver un traitement aussi intelligent du sujet.

02 – Top Gun -1986

De Tony Scott avec Tom Cruise et Kelly McGillis

Difficile de faire plus emblématique des années 80 que Top Gun.

Un acteur star, un cinéaste aux réalisations plus proches des vidéoclips que du cinéma, le tout servi par un score signé Giorgio Moroder, star disco et auteur des bandes-originales de Scarface, American Gigolo ou encore Midnight Express, Top Gun est pourtant un sacré long-métrage !

Cette chronique de Tony Scott sur les pilotes de chasse d’élite a été un énorme succès lors de sa sortie, renforçant la place de cette dernière dans la culture américaine pour les générations à venir.

Alors que jusqu’ici, Cruise avait déjà livré d’excellentes performances, Top Gun est réellement le film qui a fait de lui une « star de cinéma ». Sa performance y est à la fois magique, magnétique et sensible.

La suite, Top Gun : Maverick, devrait sortir en France, le 23 décembre 2020.

01 – Eyes Wide Shut – 1999

De Stanley Kubrick avec Tom Cruise et Nicole Kidman

Pour conclure cette dernière décennie du 20e siècle, Cruise aura offert au public deux chef-d’œuvre, Magnolia et… Eyes Wide Shut.

Le dernier film de Stanley Kubrick est LE film le plus intéressant de Cruise. L’acteur a passé 400 jours de tournage pour ce qui reste aujourd’hui, le choix le plus audacieux de sa carrière.

Couple déjà en difficulté à la ville, Cruise et Kidman vont être également un couple au cinéma qui se fissure, et tous deux vont s’abandonner sans limite dans cette aventure lyrique sur l’obsession et la jalousie.

Ce film testamentaire de Kubrick est le meilleur dans lequel Tom Cruise a joué, le plus sombre, le plus sexuel et probablement le plus personnel.

Tom Cruise et Nicole Kidman se sépareront deux années plus tard.

A LIRE AUSSI : STANLEY KUBRICK : PERFECTION ET OBSESSION

Aidez SEE à rester gratuit, sans pub et indépendant.

Tous nos T-shirts GEEK à partir de 13 euros

Découvrez les t-shirts BY SEE

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvrez notre boutique

+ de SEE snack

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !