Kubrick : boudé par la critique, adulé par le public

En 2020, il est impossible d’imaginer qu’en son temps, le réalisateur culte de The Shining était étrillé par les critiques, et pourtant… Revue de chiffres en 13 films mythiques.

Par Colonel Dawa

En 1987, Full Metal Jacket, le douzième et avant-dernier film de Stanley Kubrick, débarquait sur les écrans américains. Comme d’habitude, le réalisateur fétiche de la Warner, comme Clint Eastwood ou encore Christopher Nolan aujourd’hui, sera froidement accueilli par la critique, et comme souvent, le film va peu à peu, grimper les places du box-office.

Les médias français, et en particulier les très élitistes Cahiers du Cinéma, capables d’écrire sur 2001 : « C’est un film sans message, et c’est ce qui déconcerte. “2001” ne parle de rien que de lui-même », sont également totalement passé à côté du talent du réalisateur.

Or tous les films du cinéaste, à l’exception des trois premiers, ont coûté chers, et tous ont rapporté plus d’argent que leur budget. Le site IndieWire s’est fendu d’un classement des longs-métrages du réalisateur en relevant les scores réalisés en Amérique du Nord.

Revue de chiffres des œuvres d’un cinéaste éclectique, souvent boudé par la critique mais tout le temps adoubé par le public.

13 – Fear and Desire – 1953

Joseph Burstyn
Souhaitant aller au-delà de sa carrière déjà bien établie de photographe pour Look Magazine et avec deux courts métrages à son actif, Kubrick a réalisé ce film de guerre autofinancé, sans se créditer de son nom au générique, avec un casting ultra réduit et une équipe de seulement 15 personnes.
Budget : 500 000 $
Recettes : environ 500 000 $

12 – Le Baiser du Tueur – 1954

United Artists
Cette histoire de 67 minutes filmée à New York, d’un jeune boxeur et de son obsession pour un voisin sexy avait été achetée par la major United Artists pour un peu plus que son budget initial. Pendant longtemps, il a été considéré comme le premier vrai long-métrage du réalisateur.
Budget : 750 000 $
Recettes : environ 1 000 000 $

 11 – L’ultime Razzia – 1956

United Artists
Avant Les sentiers de la Gloire, c’est le film qui a vraiment attiré l’attention sur Kubrick. Sombre, co-écrit par Jim Thompson et Sterling Hayden, le long-métrage a d’abord perdu de l’argent. Mais contre toute attente, il a reçu suffisamment de réactions pour convaincre United Artists de produire Les Sentiers.
Budget : 3 000 000 $
Recettes : environ 3 000 000 $

 10 – Les sentiers de la Gloire – 1957

Warner Bros
C’est le premier vrai carton pour Kubrick après trois films à petit budget. Kirk Douglas a signé le rôle principal dans ce drame de mutinerie de troupes de la Première Guerre mondiale qui reste l’un des films anti-guerre les plus acclamés de tous les temps. Il n’a pas atteint le public que Kubrick espérait mais il lui apportera le prestige nécessaire pour la suite de sa carrière.
Budget : 8 000 000 $
Recettes : environ 18 000 000 $

9 – Barry Lindon – 1975

Warner Bros
C’est à ce jour, le meilleur score aux Oscars pour Kubrick avec quatre prix, plus une nomination pour celui de meilleur réalisateur. Exceptionnellement, en marge de son succès au box-office, ce drame historique porté par Ryan O’Neal et Marisa Berenson sera le mieux classé des films du cinéaste, dans le sondage des critiques de Sight & Sound 2012.
Budget : 55 000 000 $
Recettes : environ 91 000 000 $

8 – Eyes Wide Shut – 1999

Warner Bros
Le dernier film de Kubrick, 12 ans après Full Metal Jacket, était le plus poussé par le « star-power » Cruise / Kidman, le plus cher, et forcément le plus difficile à rentabiliser. Ce fut le seul long-métrage de toute la carrière du cinéaste à être une très grosse sortie en nombre de salles. Il sera n°1 dès sa sortie mais descendra vite au classement.
Budget : 118 000 000 $
Recettes : environ 101 000 000 $

A LIRE AUSSI : NOTRE TOP 20 DES FILMS DE TOM CRUISE

7 – Lolita – 1962

MGM
Film impossible à imaginer aujourd’hui, même s’il y a plus d’insinuations ici que de choses explicites. Le roman de Nakobov sur l’obsession d’un professeur d’âge mûr pour une adolescent de 14 ans – deux ans de plus que dans le livre – a été un véritable succès pour le réalisateur audacieux, qui n’avait alors que 33 ans.
Budget : 18 000 000 $
Recettes : environ 102 000 000 $

6 – Docteur Folamour – 1964

Colombie
Bien qu’il ne fasse pas partie du top 10 pour 1964, ce fut tout de même un succès majeur à l’époque avant d’obtenir le statut de comédie légendaire avec le temps. Humour caustique et pointu pour l’époque, le film n’a pas pris une ride encore aujourd’hui.
Budget : 15 000 000 $
Recettes : environ 103 000 000 $

A LIRE AUSSI : STANLEY KUBRICK : PERFECTION ET OBSESSION

5 – Full Metal Jacket – 1987

Warner Bros
Les dépenses faramineuses en Angleterre – pays dans lequel Kubrick a tourné tous ses films après Spartacus – de reconstitutions des extérieurs vietnamiens et d’un camp de base américain, ont considérablement nuits les bénéfices de cette opération. Le film cartonnera en dehors des U.S. et obtiendra globalement de meilleures critiques avant sa sortie que tous ses films depuis Docteur Folamour.
Budget : 70 000 000 $
Recettes : environ 108 000 000 $

4 – Orange Mécanique – 1971

Warner Bros
Coup énorme par rapport à son coût, ce commentaire nihiliste dystopique initialement classé « X » à cause de sa violence juvénile, a finalement, une fois n’est pas coutume, été classé meilleur film du New York Film Critics Circle. Le long-métrage subversif avec un Malcolm McDowell survolté, sera un véritable carton au box-office mondial.
Budget : 15 000 000 $
Recettes : environ 140 000 000 $

3 – The Shining– 1980

Warner Bros
Troisième meilleur score du maestro, cette adaptation du roman de Stephen King doit son immense succès à la performance totalement délirante d’un Jack Nicholson au sommet de son jeu, et au décor très distinctif de l’Overlook Hotel, qui ne rentrait pas dans les codes du cinéma horrifique de l’époque. Détruit à sa sortie par la critique et même par King lui-même, il fait encore aujourd’hui, office de référence du genre.
Budget : 59 000 000 $
Recettes : environ 153 000 000 $

A LIRE AUSSI : QUAND THE SHINING ETAIT DETRUIT PAR LA CRITIQUE

2 – Spartacus– 1960

Universal
Le seul film de Kubrick dont il ne soit pas à l’initiative, le réalisateur ayant été missionné pour la réalisation, une semaine avant le début du tournage, retrouvant son acteur des Sentiers de la Gloire, Kirk Douglas. Le film était directement dans la lignée de l’énorme Ben-Hur, et bien que Kubrick ait renié le film comme n’étant pas sa vision, il reste, en raison de la performance émouvante de Douglas, au sommet des œuvres toujours populaires du réalisateur.
Budget : 105 000 000 $
Recettes : environ 366 000 000 $

1 – 2001 : Odyssée de l’Espace – 1968

MGM
Le film le plus célèbre et le plus acclamé de Kubrick  – n ° 6 sur le plus récent sondage Sight & Sound des plus grands films de tous les temps – a en fait perdu de l’argent à la sortie initiale, avec son budget colossal et une réaction critique mitigée, qui freinera d’abord le public. Mais avec le temps, le film métaphysique, et qui prévient entre autres des dangers potentiels de l’intelligence artificielle, bénéficiera d’un bouche-à-oreilles efficace pour devenir à ce jour, le plus connu et le plus rentable de tous les films du réalisateur.
Budget : 88 000 000 $
Recettes : environ 410 000 000 $

A LIRE AUSSI : LES EVANGILES SELON KUBRICK

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !