Le Top Ten 2018 de Tramber

Du Mexique des années 70 au huit-clos d’une salle d’urgence danoise, en passant par un petit tour sur la lune et une plongée « geek », c’est également avec une romance musicale et de la natation synchronisée que 2018 nous aura réjoui.

Par Tramber

01 –  ROMA

Début des années 1970 à Mexico, une famille mène une vie ordinaire. Lorsqu’une série d’événements menace de perturber son existence, la femme de chambre Cleo doit préserver la paix tout en faisant face à ses propres dilemmes. Associant prouesses techniques incroyables et une vision artistique profonde, Alfonso Cuarón a juste réalisé un chef-d’œuvre à la fois sobre et surnaturel.

Bande-annonce et critique de Roma ici

02 – PHANTOM THREAD

Dans les années 50, une histoire d’amour toxique entre un couturier cruel et sa muse. Un drame feutré, doublé d’une histoire d’amour vertigineuse. Paul Thomas Anderson au sommet de son art offre deux rôles cousu-main à Daniel Day-Lewis et Vicky Krieps

Bande-annonce et critique de Phantom Thread ici

03 – 3 BILLBOARDS : LES PANNEAUX DE LA VENGEANCE

Après l’assassinat de sa fille, une mère de famille part en guerre contre la police de son bled. Frances McDormand, en tête d’un fabuleux casting. Le meilleur film de Martin McDonald, le réalisateur de Bons baisers de Bruges. Une œuvre subversive qui synthétise l’air du temps et fait écho à deux mouvements qui secouent les USA et le monde.

Bande-annonce et critique de 3 billboards : les panneaux de la vengeance ici

04 – READY PLAYER ONE

En 2045, alors que c’est le chaos, l’humanité passe l’essentiel de son temps à jouer dans un espace virtuel interconnecté appelé OASIS. En adaptant le roman éponyme de Ernest Clime publié en 2011, Steven Spielberg met sérieusement à l’amende la génération des Christopher Nolan, Denis Villeneuve ou autres Damien Chazelle. Le cinéaste ayant d’ailleurs déclaré que RPO avait été son troisième film le plus difficile à réaliser.

Bande-annonce et critique de Ready Player One ici

05 – FIRST MAN

Après huit années d’entrainement, de souffrance et d’efforts, l’astronaute Neil Armstrong s’apprête à être le premier homme à marcher sur la Lune. Damien Chazelle réalise un film extra-atmosphérique sensationnel, émouvant, et maîtrisé de bout en bout. Un film sur la conquête, l’obstination, l’amour et l’humanité.

Bande-annonce et critique de First Man ici

06 – BURNING

Jongsu est coursier, et lors d’une de ses pénibles courses, il croise une ancienne voisine de son enfance, Haemi, il en tombe amoureux. De retour d’un voyage au Kenya, Haemi revient avec Ben, ce dernier est plutôt aisé et difficile à cerner. Alors qu’un triangle amoureux s’instaure, Haemi se volatilise. Etrange, poétique, énigmatique, c’est le chef d’œuvre de Lee Chang-Dong !

Bande-annonce et critique de burning ici

07 – THE GUILTY

Un personnage, une salle, un téléphone, un micro, une tension plus que palpable, le cinéaste danois Gustav Möller signe là un premier film exceptionnellement fort, intelligent et impressionnant de maîtrise. Le polar de l’année ! Un remake hollywoodien est déjà en préparation avec Jake Gyllenhaal dans le rôle principal.

Bande-annonce et critique de The Guilty ici

08 – A STAR IS BORN

Jackson Maine, chanteur sur le déclin et alcoolique, rencontre Ally, une jeune chanteuse pleine de talent. Alors qu’ils tombent amoureux, lui continue de descendre tandis que la carrière d’Ally explose. En plus d’être un bon acteur, Bradley Cooper se révèle ici comme un excellent réalisateur, et Lady Gaga dépasse largement son cadre de chanteuse et nous offre une prestation sidérante de justesse et d’émotion.

Bande-annonce et critique de a star is born ici

09 – LE GRAND BAIN

En maillot de bain, des quinquas dépressifs et bedonnants tentent de noyer leur mal de vivre dans le chlore d’une piscine. Emotions synchronisées pour une comédie dépressive, sincère et bienveillante signée Gilles Lellouche. A l’heure de #metoo, le film prône la réconciliation entre les sexes, la tolérance, l’amour et peut-être la redistribution des cartes.

Bande-annonce et critique du grand bain ici

10 – BLACKKKLANSMAN / HOSTILES

Ex-aequo, Spike Lee & Scott Cooper.

Dans les années 70 aux Etats-Unis, Ron Stallworth réussit à obtenir un entretien avec un ponte du Ku Klux Klan afin d’infiltrer « L’organisation », seul problème : il est noir. Engagé comme toujours, et drôle comme souvent, Spike Lee signe là un de ses meilleurs films.

En 1892, un capitaine de cavalerie consumé par la haine doit escorter un chef indien qu’il déteste. Une odyssée barbare et crépusculaire avec un Christian Bale au top de son talent. Scott Cooper livre un tableau sans pitié du génocide indien et très intelligemment, tisse des liens avec l’Amérique actuelle, patrie de la violence et du meurtre ritualisé.

Bande-annonce et critique de BlacKKKlansman ici

Bande-annonce et critique de Hostiles ici

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvrez notre boutique

+ de SEE snack

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !