Le Top Ten 2018 de Colonel Dawa

Le retour de Spielberg, la confirmation au plus haut niveau de Chazelle, les cascades de Cruise ou encore l’éternel engagement de Spike Lee, une virée marseillaise, un Dujardin bon cru et un acteur/réalisateur raté. 2018 aura été riche en émotions. Viva il cinéma !

Par Colonel Dawa

01 – READY PLAYER ONE

En 2045, alors que c’est le chaos, l’humanité passe l’essentiel de son temps à jouer dans un espace virtuel interconnecté appelé OASIS. En adaptant le roman éponyme de Ernest Clime publié en 2011, Steven Spielberg met sérieusement à l’amende la génération des Christopher Nolan, Denis Villeneuve ou autres Damian Chazelle. Le cinéaste ayant d’ailleurs déclaré que RPO avait été son troisième film le plus difficile à réaliser.

Bande-annonce et critique de Ready Player One ici

02 – FIRST MAN

Après huit années d’entrainement, de souffrance et d’efforts, l’astronaute Neil Armstrong s’apprête à être le premier homme à marcher sur la Lune. Damien Chazelle réalise un film extra-atmosphérique sensationnel, émouvant, et maîtrisé de bout en bout. Un film sur la conquête, l’obstination, l’amour et l’humanité.

Bande-annonce et critique de First Man ici

03 – MISSION : IMPoSSIBLE – FALLOUT

Ethan Hunt et sa clique, sont une fois de plus confrontés à une situation des plus complexe suite à l’échec d’une mission. Commence alors une véritable course contre la montre pour déjouer les suspicions et… sauver un tiers de la planète. Tom Cruise à son apogée du genre, et le meilleur épisode de la franchise.

Mission : Impossible – Fallout, qui au passage, est produit par l’incontournable J.J. Abrams, est d’une efficacité redoutable et se place donc comme la nouvelle référence du film d’action et d’espionnage.

Bande-annonce et critique de Mission : Impossible – Fallout ici

04 – BLACKKKLANSMAN

Dans les années 70 aux Etats-Unis, Ron Stallworth réussit à obtenir un entretien avec un ponte du Ku Klux Klan afin d’infiltrer « L’organisation », seul problème : il est noir. Engagé comme toujours, et drôle comme souvent, Spike Lee signe là un de ses meilleurs films.

Bande-annonce et critique de BlacKKKlansman ici

05 – A STAR IS BORN

Jackson Maine, chanteur sur le déclin et alcoolique, rencontre Ally, une jeune chanteuse pleine de talent. Alors qu’ils tombent amoureux, lui continue de descendre tandis que la carrière d’Ally explose. En plus d’être un bon acteur, Bradley Cooper se révèle ici comme un excellent réalisateur, et Lady gaga dépasse largement son cadre de chanteuse et nous offre une prestation sidérante de justesse et d’émotion.

Bande-annonce et critique de a star is born ici

06 – LE GRAND BAIN

En maillot de bain, des quinquas dépressifs et bedonnants tentent de noyer leur mal de vivre dans le chlore d’une piscine. Emotions synchronisées pour une comédie dépressive, sincère et bienveillante signée Gilles Lellouche. A l’heure de #metoo, le film prône la réconciliation entre les sexes, la tolérance, l’amour et peut-être la redistribution des cartes.

Bande-annonce et critique du grand bain ici

07 – I FEEL GOOD

Jacques, un loser persuadé qu’il va réussir un jour, retrouve sa sœur Monique qui dirige une communauté Emmaüs. Leurs mondes vont s’opposer. Le meilleur film à ce jour du duo Delépine/Kervem.

Quand Brice de Nice et l’agent OSS 117 se retrouvent dans l’univers de Groland, cela donne Jacques, le personnage de Jean Dujardin, qui pourrait également être issu de la sérieStrip Tease.

Des dialogues à la lumière, des faciès à la fois tristes et joyeux des personnages, de la musique aux cadrages, les réalisateurs font passer une émotion, voire plusieurs formes d’émotions, qui font de cette comédie, un manifeste humaniste bien plus efficace que n’importe quel discours.

Bande-annonce et critique dE I FEEL GOOD ici

08 – THE DISATER ARTIST

Deux zozos inexpérimentés se lancent dans l’aventure du cinéma. Une plongée hilarante dans les coulisses d’un des pires films de l’histoire du 7e art. Avec James Franco dans son meilleur rôle.

Peut-être parce que les deux personnages sont incarnés par James Franco, dans une performance ahurissante, et son propre frère, Dave. Il y a une telle complicité entre les deux frangins qu’à la fin, il ne reste que ce lien magique et stupéfiant qui les unit, et qui nous comble.

Bande-annonce et critique dE the disaster artist ici

09 – au poste !

Un commissariat, un flic, un suspect, un face à face… Non il ne s’agissait pas de Garde à vue de Claude Miller, mais de la nouvelle comédie burlesque de Quentin Dupieux. Un OVNI réjouissant et hilarant.

Malgré quelques passages un peu moins réussis et quelques longueurs, pour son premier film « made in France », Quentin Dupieux livre là une œuvre qui devrait rappeler à l’ordre un cinéma français trop souvent occupé à recruter des acteurs « bankable » au détriment de l’écriture.

Au poste ! est une comédie noire, délicieusement vive et insolente qui « fera votre journée ».

Bande-annonce et critique dE au poste ! ici

10 – Shéhérazade

Marseille, Zachary est un petit délinquant de 17 ans qui sort de prison. Rejeté par sa mère, il zone dans les quartiers populaires de la ville, il y rencontre Shéhérazade, une jeune prostituée. Le réalisateur Jean-Bernard Marlin livre une sublime histoire d’amour à la fois sombre et tendue mais également lumineuse.

Shéhérazade est un film touchant, intransigeant, optimiste, un film sur les femmes, un film sur l’espoir, cet espoir que seul l’amour peut transformer.

Et si l’amour nous sauvait tous à la fin !?

Bande-annonce et critique dE Shéhérazade ici

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvrez notre boutique

+ de SEE snack

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !