Une suite à Joker ? Ca avance… très doucement

Todd Phillips, le réalisateur du film-phénomène de l’année, en a dit un peu plus au micro de Deadline.

En 2019, on l’a dit et redit ici, le film qui aura fait le plus bouger les lignes à Hollywood, c’est Joker. Avec son budget de 60 millions de dollars, et ses gains de plus d’un milliard de billets verts, l’origin story, revisitée en mode ultra sombre, de l’ennemi iconique de Batman, aura clairement bousculé le paysage cinématographique, et surtout, permis d’envisager une autre vision que celle binaire de Disney avec Marvel.

Alors forcément, même si Phoenix et Phillips s’étaient laissé aller à un « On l’a conçu comme un one shot » lors de la Mostra de Venise où le film a obtenu un Lion d’or, un milliard plus tard, la Warner se dit que, quand même, une suite, ce ne serait pas une si mauvaise idée.

A lire aussi : notre « pour » et « contre » sur Joker

Todd Phillips en a toutefois dit un peu plus au micro de Deadline : « Quand un film qui a coûté 60 millions de dollars, en rapporte 1 milliard, bien sûr que la question se pose. Mais Joaquin et moi n’avons pas encore pris notre décision. Nous y sommes ouverts. J’adorerais retravailler avec lui, donc qui sait ? Mais il faudrait que le film possède une aussi forte résonance que celui-ci, parler peut-être des traumas d’enfance et d’absence d’amour et de la perte de l’empathie. »

A lire aussi : Et si Joker n’était que le masque grimaçant de la réalité

Le réalisateur enchainant par sa version du succès de son film : « Je pense qu’il y a des thèmes dans le film qui ont vraiment résonné avec le public. Aucun de nous ne pensait qu’un film classé « R » pouvait faire 1 milliard de dollars au box-office à travers le monde. Ce que Scott Silver et moi avons établi quand on a commencé l’écriture du film, c’était de raconter quelque chose qui ait du sens dans par rapport à un comic-book, mais aussi quelque chose qui reflète la société américaine en 2016, l’année où nous avons commencé l’écriture. »

Et pour conclure l’entretien, Phillips a évoqué l’éventuelle universalité de la thématique violente de Joker : « J’ai parcouru le globe avec ce film et, selon les publics, certains y voient un miroir de l’Amérique, tandis que d’autres y voient ce qui se passe dans leur propre pays. Mais toujours en rapport avec ce manque de compassion et ces questions sur la santé et l’égalité. »

Alors, bientôt une suite en chantier pour Joker ?

Wait and SEE !

Aidez SEE à rester gratuit, sans pub et indépendant.

Tous nos T-shirts COMICS à partir de 13 euros

Découvrez les t-shirts BY SEE

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !