Un reboot de Volte/face, mais pourquoi ?

La Paramount serait en train de développer une nouvelle version du classique de John Woo de 1997.

Heureusement que cette fin d’année nous offre de vraies nouveautés originales avec entre autres, Joker de Todd Phillips ou encore Ad Adstra de James Gray avec Brad Pitt, car franchement, entre Disney qui nous refile tous ses classiques en live action, et l’industrie hollywoodienne qui nous sort du remake et du préquel en masse, on pourrait saturer.

Et Voilà que Deadline annonce que Le scénariste Oren Uziel, auteur du calamiteux 22 Jump Street, signerait une nouvelle version du film d’action des studios Paramount. Il faut dire qu’en 1997, Volte/face, porté par John Travolta et Nicolas Cage, avait fait pas mal de bruit et engrangé pas moins de 247 millions de dollars de recettes à travers le monde.

A lire : john woo peut-il revenir ?

Si pour le moment aucun acteur et aucun réalisateur n’ont été annoncés, les studios Paramount ont donc déjà engagé Oren Uzie au scénario, le producteur Neal H. Morritz, déjà responsable entre autres de la saga Fast and Furious ainsi que l’excellente série The Boys. Le film sera tout de même co-produit par David Permut, qui était déjà impliqué dans la production du film original de 1997.

La narration de Volte/face suit Nicolas Cage dans le rôle de Castor Troy, un terroriste qui a caché une bombe chimique à Los Angeles. Afin de découvrir son emplacement, l’agent du FBI Sean Archer joué par John Travolta, dont le fils a été tué par le terroriste, décide de faire appel à la chirurgie esthétique afin de prendre le visage de Troy. Une mission qui le mène à infiltrer une prison où est détenu le frère de Castor. Entre temps, Castor Troy s’est échappé et a aussi changé de visage pour celui de Sean Archer en lui volant toute sa vie. Après l’assassinat de toute son équipe au courant de cette mission et désormais seul, le véritable agent du FBI décide de s’évader de prison.

Le problème est, que quand on voit les catastrophes artistiques des reprises de Total Recall avec Colin Farrell en 2012, ou encore la version de RoboCop de 2014, pour ne citer qu’eux, on peut clairement se demander quel est l’intérêt de nous balancer des nouveaux films dont on connait déjà les histoires, et surtout, qui sont bien moins réussis que les originaux.

Wait and SEE !

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !