Scorsese : « Chez Marvel, il n’y a pas de danger émotionnel ! »

Dans un long entretien avec le New York Times, le cinéaste des Affranchis décrit la marque Marvel comme un ennemi économique du cinéma et une menace pour ses valeurs artistiques.

Et c’est reparti pour un tour, qui aurait cru que le buzz de 2019, serait un clash entre Martin Scorsese et les studios Marvel ? Personne.

Rappel rapide des faits : début octobre, Martin Scorsese, en comparant les films Marvel à des parcs à thèmes, balançait un pavé dans la marre hollywoodienne, qui aura donné lieu à de nombreuses réactions, notamment celle de Samuel Jackson, mais alors que le feu commençait à s’éteindre, Francis Ford Coppola l’avait rallumé en qualifiant « d’abjects » les films des studios Marvel. Puis ce fut au tour de James Gunn entre autres, de prendre évidemment la défense des comics au cinéma, puis Coppola qui en remettait une couche en développant ses propos, et voici que Scorsese explique à son tour en détails, son aversion pour les films et le succès de Marvel.

Chez Marvel, pas de danger émotionnel

« Certains disent que les films d’Hitchcock avaient une identité commune, et c’est peut-être vrai – Hitchcock lui-même s’est interrogé à ce sujet. Mais la similitude des films des franchises d’aujourd’hui est encore autre chose. Certes, la plupart des éléments qui définissent le cinéma tel que je le connais se trouvent dans les films Marvel. Ce qui en est absent, c’est la révélation, le mystère ou un véritable danger émotionnel. Chez Marvel, rien n’est en danger. Les films sont conçus pour satisfaire un ensemble spécifique de demandes et sont conçus comme des variations sur un nombre déterminé de thèmes. » a déclaré Scorsese.

La vision de Scorsese sur le cinéma est celle de l’auteur, mais Marvel met l’accent sur une approche de la production cinématographique basée sur la jeunesse. Les réalisateurs sont au service de la marque et leur approche de la mythologie repousse les limites du pouvoir. Les 23 films du MCU sortis depuis 2008 ont rapporté près de 23 milliards de dollars au box-office mondial, et tous ont squatté la première place au box-office U.S.

Des réalisateurs de talent

Le cinéaste, qui aura 77 ans ce mois-ci, a reconnu que son point de vue était probablement motivé par un conflit de générations, qui forcément, le sépare de la base de fans de Marvel. Il a tout de même pris le temps de louer le talent des réalisateurs des studios Marvel, alors même qu’il considérait leur travail comme un véritable exercice commercial.

« De nombreux films de franchises sont réalisés par des personnes d’un talent artistique considérable. Vous pouvez le voir à l’écran. Le fait que les films eux-mêmes ne m’intéressent pas est une question de goût et de tempérament personnel. Je sais que si j’étais plus jeune, j’aurais peut-être été enthousiasmé par ces films et peut-être même voulu en faire un moi-même. Mais j’ai grandi et j’ai développé un sens des films – de ce qu’ils étaient et de ce qu’ils pourraient être – qui était aussi loin de l’univers Marvel que nous terriens, le sommes d’Alpha Centauri. »

A quand la suite du débat ?

Wait and SEE !

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !