Roger Ross Williams : un Oscar et…

Il y a dix ans, Roger Ross Williams a été le premier réalisateur noir à obtenir un Oscar, il pensait alors qu’Hollywood lui ouvrirait en grand ses portes, mais non.

Il y a dix ans, Roger Ross Williams est devenu le premier réalisateur afro-américain à remporter un Oscar, pour son court métrage documentaire Music by Prudence

“Personne n’a appelé.”

Il s’imaginait alors que cela marquerait un tournant dans sa carrière. « Je pensais naïvement que toutes les portes me seraient ouvertes – que c’était ma carte de visite pour une nouvelle vie », a déclaré Williams lors d’un entretien avec le site IndieWire. « Rien ne s’est passé. Personne n’a appelé. »

Par la suite, Williams a même trouvé encore plus difficile d’obtenir des financements pour son premier long métrage, le documentaire God Loves Uganda, en compétition au Festival de Sundance en 2013. 

« Si j’étais un cinéaste blanc qui a remporté un Oscar pour mon court métrage – et j’en connais certains – des opportunités se seraient présentées à moi », a-t-il ajouté. « J’ai l’impression qu’il m’a fallu beaucoup plus de temps pour faire mes preuves auprès de l’industrie.»

Toutefois, ces dernières années, Williams est devenu l’un des plus importants documentaristes américains en activité. Il a obtenu une autre nomination aux Oscars pour Life, Animated en 2016, il siège au conseil des gouverneurs en tant que président de la branche documentaire de l’Académie, et dirige la société de production de non-fiction One Story Up, qui a maintenant plus d’une douzaine de projets en développement. 

“Je me suis rendu compte que je devais le porter à un autre niveau.”

Ces dernières semaines, alors que les manifestations pour l’affaire George Floyd ont mis à nouveau en lumière le racisme dans la société, Williams a ressenti une pression renouvelée pour accroître son soutien aux cinéastes noirs.

« Je me suis rendu compte que je devais le porter à un autre niveau », a-t-il confié à IndieWire, et d’enchaîner par : « J’ai besoin de construire une société de production qui fournit réellement du contenu et donne des opportunités aux cinéastes noirs et à ceux des communautés sous-représentées. Je dois le faire à plus grande échelle, pour rivaliser avec les plus grands gars de la ville. »

On espère sincèrement que les mentalités vont rapidement changer.

Wait and SEE !

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !