Red Carpet pour Alain Delon à Cannes 2019 !

Le comédien français va non seulement s’offrir l’affiche officielle, mais probablement recevoir un prix pour l’ensemble de sa carrière.

Malgré une filmographie aussi fournie que la garde-robe de Lady Gaga, Alain Delon n’a jamais été primé par le festival. Ce sera donc chose réparée, à l’instar de Jean-Paul Belmondo, qui lui aussi, était resté longtemps bredouille pour finalement recevoir une Palme d’honneur en 2011.

Delon n’avait pas mis les pieds à Cannes depuis 2013, pour la copie restaurée de Plein Soleil, le film de René Clément de 1960, qui le propulsa au statut de star. Avant cela, en 2000, il était également allé se balader sur la Croisette pour la version restaurée du Guépard, le chef-d’œuvre de Luchino Visconti qui fut Palme d’Or en 1963.

En 2007 pour la soirée des 60 ans du festival, le cabotin Delon avait déclaré ceci : « Cannes est un grand festival de cinéma, mais je ne reste que vingt-quatre heures parce que je n’ai pas de film à présenter ».

Mais en réalité, il faut remonter à 1992 pour voir Alain Delon gravir les marches, venu présenter Le Retour de Casanova, un film dont… personne ne se souvient.

En 1984, l’acteur avait très mal vécu la « non sélection » de Notre Histoire de Bertrand Blier avec Nathalie Baye et Michel Galabru, il avait alors furieusement déclaré au journal France Soir : « C’est un préjudice pour la France ! Ce n’est pas l’acteur Delon qui parle, c’est le citoyen Delon. Ce qui me rend malade, c’est de lire dans les journaux : le choix de la France ! Sur quelle consultation ? Celle de quatre ringards, dont trois critiques. Je ne peux pas imaginer qu’il y ait des raisons politiques à notre éviction. Ce serait la vengeance, la connerie à l’état pur. J’accuse les pouvoirs publics. J’accuse Jack Lang puisque c’est lui le patron. »

Toutefois, le festival semble se rappeler que le temps passe, et que malgré ses défauts de comportement et son attitude colérique, Alain Delon reste une vraie figure du cinéma français, qui au fond, se doit d’être honoré. Il rejoindra donc celui qui fut son concurrent et néanmoins ami, Jean-Paul Belmondo.

Wait and SEE !

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !