Pas de pop-corn pour Andrei Konchalovsky !

Le réalisateur russe de The Sin, un biopic sur le célèbre artiste italien Michelangelo du 16e siècle, affirme que le film est « calme » et nécessite une attention particulière des téléspectateurs.

Andrei Konchalovsky, le réalisateur russe de Il Peccato (The Sin), sera l’événement de la clôture du Festival du Film de Rome.

« Je plains les téléspectateurs qui ne regardent que les blockbusters hollywoodiens parce qu’ils ne connaissent pas d’autres types de plaisir », a déclaré Konchalovsky, âgé de 82 ans, dans une interview accordée au Hollywood Reporter. « Mais je demanderai aux spectateurs de venir aux projections sans pop-corn. C’est un film très silencieux. »

« Quand j’ai tourné The Nutcracker en 2010, mon producteur américain a insisté pour que la bande-son soit plus forte, affirmant que les téléspectateurs ne pourraient pas distinguer les lignes car ils mangeaient du pop-corn », a ajouté le réalisateur qui travaillait à Hollywood dans les années 1980, dirigeant entre autres Homer et Eddie et Tango & Cash.

The Sin est centré sur Michelangelo Buonarotti, peintre et sculpteur italien de renom du XVIe siècle, mais Konchalovsky souligne qu’il ne voulait pas faire un biopic traditionnel. « Je ne pense pas aux biopics traditionnels », a-t-il expliqué. « Il y a cinquante ans, j’ai co-écrit avec Tarkovsky Andrei Rublev, un film sur un artiste médiéval, dans lequel il n’est jamais représenté peignant une icône. Ce n’est pas un biopic traditionnel. Il n’y a pas d’histoire d’amour, mais une énigme de sa vie, et seulement à la fin du film, ses œuvres sont montrées, ce qui, dans une certaine mesure, pourrait être projeté selon ce que vous avez envie de voir. Et une fois que j’avais écrit le scénario de The Sin, j’ai réalisé que c’était, en un sens, une continuation de Andrei Rublev. »

Ces dernières années, Konchalovsky a été ambivalent sur les Oscars. En 2014, il avait écarté White Nights de la candidature russe à la course aux Oscars, mais deux ans plus tard, il ne s’opposait pas à ce que la Russie soumette Paradise et le film figurait sur la liste des finalistes de janvier.

En ce qui concerne The Sin, Konchalovsky dit qu’il ne s’en soucie pas vraiment. « Les Oscars sont un pas en avant vers des budgets plus importants et des images plus grandes », note-t-il. « Mais des budgets plus importants conduisent en réalité à moins de liberté. »

Voilà qui est clair.

Wait and SEE !

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !