Mel Brooks moralisé à son tour par HBO Max !

Après Autant en emporte le vent, Le shérif est en prison de Mel Brooks, va lui aussi faire l’objet d’une annonce de contextualisation.

C’est le magazine américain Vanity Fair qui rapporte l’affaire. En effet, HBO Max, après avoir supprimé le classique Autant en emporte le vent de son catalogue, et l’avoir remis avec un message de contextualisation de l’époque, va faire subir le même traitement à la comédie hilarante de Mel Brooks, Le shérif est en prison, sorti en salles en 1974.

Le film sera désormais précédé d’un message de quatre minutes, récité par Jacqueline Stewart de Turner Classic Movies.

Cette dernière y explique que la comédie de Brooks est « une parodie ouverte et audacieuse des westerns classiques ».

« C’est aussi provocateur aujourd’hui que ça l’était lors de sa sortie en 1974 », poursuit-elle. « Le langage et les attitudes racistes imprègnent le film. Mais ces attitudes sont adoptées par des personnages qui sont décrits ici comme des bigots ignorants et explicitement petits d’esprit. La perspective réelle et beaucoup plus éclairée est fournie par les personnages principaux interprétés par Cleavon Little et Gene Wilder. » termine-t-elle.

Le shérif est en prison, que Brooks a réalisé, co-écrit et joué, est un western satirique sur un shérif noir dans une ville raciste largement blanche. Le film est considéré comme l’une des comédies majeures de l’histoire d’Hollywood, et contrairement à Autant en emporte le vent – un film qui glorifiait ouvertement le sud de la guerre et présentait une vision biaisée de l’esclavage – son destin n’était pas nécessairement d’atterrir sur le billot de l’air du temps. 

De plus, Brooks lui-même a déclaré que Le shérif est en prison était un produit de son époque et ne pouvait pas être tourné aujourd’hui. Dans une interview accordée à Vanity Fair en 2016, il a reconnu que, même si se moquait finalement des personnages racistes, certains aspects ne pourraient tout simplement pas fonctionner sur un public actuel. 

Qui sera la prochaine victime portée sur l’échafaud de la morale ?

Wait and SEE !

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !