Le remake d’Highlander prend forme… enfin tout doucement

Avec le temps, c’était devenu une arlésienne mais on en sait un peu plus sur le projet.

En 1986, le tout jeune réalisateur australien Russel Mulcahy, balançait Highlander à la face des spectateurs, le film porté par deux méga stars à savoir Christophe Lambert et Sean Connery, jouait sur un paquet de mythologie, et son héros, Conrad MacLeod s’était vite imposé comme presque un mythe également et la phrase « il ne peut en rester qu’un » rentra dans les punch-lines classiques du cinéma.

On passera très rapidement sur les suites et également la série qui essayèrent tous de surfer sur le concept, car le vide sidéral de ces expérimentations se sont terminées par des bides absolus et justifiés.

DONC, quand on a appris, il y a quelques temps qu’un reboot était en chantier, on a d’abord été en joie, puis on a espéré que ce ne serait pas une nouvelle arnaque.

Mais bon, juste à l’idée que Chad Stahelski, l’un des réalisateurs de John Wick, soit nommé à la tête du projet, on est rassurés.

Ce dernier a d’ailleurs déclaré au site Colister : « Highlander est une saga intéressante. Quiconque connait un peu la franchise sait qu’elle est consistante. C’est une bonne marque. Elle a beaucoup de potentiel. Nous essayons juste de trouver le moyen de ne pas la foutre en l’air. »

Et d’enchainer par : « Essayer de tout caser dans un film d’1h45, alors que votre pitch c’est « il ne peut y en avoir qu’un » et, dès le premier film, on tue tout le monde sauf l’élu, ça rend le principe de suites compliqué. On va donc essayer de faire les choses avec un peu plus de soins de ce côté-là, de prendre plus de temps avec la mythologie et de mettre en avant certains des meilleurs personnages. »

Continuer par : « Ils ont fait une série de 7 saisons à l’époque et, même si elle ne tient peut-être plus la route aujourd’hui, l’idée et les personnages qu’elle amenait étaient super cools. Donc on essaye d’élaborer une méthodologie qui nous amène à un Quickening. » A noter que le Quickening est le pouvoir de l’immortel décapité, il se manifeste à la fin d’un combat et donne encore plus de puissance au vainqueur.

Mais la conclusion de sa déclaration vaut son pesant de cacahuètes : « J’aimerais beaucoup aller jusqu’à trois films (…) La trilogie Star Wars, au moins jusqu’à L’Empire contre-attaque, est un bon exemple de la façon dont on souhaite procéder ».

Côté casting, il y a évidemment peu de chances que dans le cadre d’un reboot, Christophe Lambert, le Highlander originel soit de la partie, mais on en saura probablement plus dans peu de temps.

Wait and SEE !

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !