Le comédien Philippe Nahon est mort !

En presque 60 ans de carrière, l’acteur avait évolué dans des univers aussi différents que ceux de Steven Spielberg, Jean Pierre Melville, Kaamelott et bien sûr de Gaspar Noé dans Seul contre tous.

C’était ce qu’on appelle une « gueule » du cinéma français, Philippe Nahon vient de nous quitter à l’âge de 82 ans, comme l’a annoncé sur son compte Twitter Alexandre Astier, qui l’avait dirigé pour 7 épisodes de la série Kaamelott.

Né la veille de Noël 1938 à Paris, avant de démarrer une carrière au cinéma, Philippe Nahon avait d’abord arpenté les planches de la scène théâtrale.

C’est en 1962 que Jean-Pierre Melville va lui offrir son premier rôle sur grand écran dans Le Doulos, il ne renouvellera l’expérience du cinéma que dix années plus tard dans Les Camisards de Remé Allio. A l’arrivée le comédien aura tourné dans plus de 80 films en étant régulièrement dirigé par le réalisateur français Gaspar Noé, notamment dans Carne en 1991, Seul contre Tous en 1998 dans lequel il campait un ex-boucher chevalin en perdition avec pour seul compagnon un revolver, mais aussi en 2002 dans le sulfureux Irréversible.

C’est avec une faculté d’adaptation incroyable que le comédien à évolué dans des styles aussi différents que Cheval de Guerre de Steven Spielberg, La haine de Mathieu Kassovitz, Calvaire de Fabrice du Welz, mais aussi Ma vie en l’air en 2005 de Rémi Bezançon.

Cet acteur « à l’ancienne » comme il aimait se décrire, avait également fait les beaux jours de la télévision dans les années 70 et 80, avec de nombreuses prestations dans Les Cinq Dernières Minutes ou Les Enquêtes du commissaire Maigret avec Jean Richard dans le rôle-titre, mais aussi Pause-café avec Véronique Jeannot.

Celui qui avait tourné dans 60 films dont Les Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec de Luc Besson, depuis le début des années 2000, avait exercé son métier jusqu’en 2019, dans la comédie dramatique Moi, maman, ma mère et moi de Christophe Le Masne.

Au théâtre, on avait pu le voir jouer Brecht, Shakespeare ou encore Duras.

Repose en paix Philippe Nahon.

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !