Le casting de dingue d’Armageddon Time !

Oscar Isaac, Anne Hathaway, Donald Sutherland et Robert De Niro, rejoignent Kate Blanchett pour le film autobiographique de James Gray.

Eh bien, voici un des films à venir qui a au moins plusieurs mérites, un réalisateur virtuose, une histoire qui n’est pas la suite d’une autre, et désormais, un casting à rendre jaloux beaucoup de cinéastes.

A lire aussi : notre critique de ad astra

En effet, comme on vous en a déjà causé ici à plusieurs reprises, James Gray, après son controversé Ad Astra, qui a subjugué les uns et endormi les autres, prépare Armageddon Time, qui relatera notamment la jeunesse et la scolarité du réalisateur dans les années 80 au cœur du Queens.

New York New York !

L’histoire se déroulera au sein d’un des plus anciens établissements privés de New York, la Kew-Forest School, qui vient d’ailleurs de fêter son centenaire. Une école qui a également eu comme élève, l’actuel président des Etats-Unis, Donald Trump. Le film aurait d’ailleurs comme protagoniste principal, Fred, le père de Donald, promoteur immobilier et lui-même originaire du Queens.

A lire aussi : James Gray : « Je préfère tourner en 35 mm »

Et selon le site Deadline, James Gray n’a pas l’intention de ne faire que de la figuration avec son nouveau film, à commencer par un casting 4-étoiles constitué d’Oscar Isaac, Anne Hathaway, Donald Sutherland et Robert De Niro, qui rejoignent Kate Blanchett, confirmée il y a quelques mois.

Un film très personnel

En septembre 2019, James Gray s’était d’ailleurs confié à ce sujet, à nos confrères des Inrockuptibles : « Le titre vient d’une chanson des Clash, ce sera un film très personnel. Je suis en plein milieu de l’écriture en ce moment. J’espère commencer le tournage juste après l’opéra, mais je doute que cela se passe de façon aussi fluide. Il y sera effectivement question de la famille Trump, père et fils. Ce sera un film politique, dans le sens où il explorera les raisons qui ont amené les Etats-Unis dans la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Le film s’inspire de mon adolescence dans le Queens new-yorkais des années 1980, quartier où le père de Donald, Fred, réalisait une bonne partie de ses placements immobiliers. Il se déroulera dans une école privée où la place accordée à la religion, à la couleur de peau et à l’origine sociale était radicalement différente de l’école publique que je fréquentais par le passé. Comme je l’ai dit l’an dernier, Trump est pour moi un imbécile dangereux. C’est aussi ma responsabilité en tant qu’artiste de m’intéresser à la société qui a permis à un tel homme d’arriver à la tête du plus puissant Etat du monde. »

Wait and SEE !

A lire aussi : notre critique de lost city z

 

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !