J’ai perdu mon corps, une réussite française !

Le film français d’animation figure dans la liste des nominés des Oscars. Il devra faire face à des blockbusters du type Toy Story 4 ou encore Dragons 3 : le monstre caché.

Certes, on ne boude pas notre plaisir quant à la nomination aux prochains Oscars des Misérables de Ladj Ly, mais une autre réussite française, et pas des moindres, sera dans la course le 10 février prochain.

En effet, J’ai perdu mon corps de Jeremy Clapin, va concourir dans la catégorie Meilleur film d’animation dans une compétition généralement chasse-gardée des blockbusters américains. Marc du Pontavice, le producteur, s’est entretenu avec nos confrères de France info Culture. Extraits.

A la question sur sa réaction à cette nomination, Marc du Pontavice s’est évidemment dit réjouis : « C’est toujours une surprise, parce que même si on a travaillé beaucoup pour arracher cette nomination, on est quand même face à des blockbusters qui font des milliards de dollars au box-office. »

Quant au savoir-faire français, il a déclaré ceci : « Les Américains nous regardent avec énormément d’attention. Il y a beaucoup d’amour à Hollywood pour ce film, parce qu’il trace une voie alternative du cinéma d’animation que les Américains n’arrivent pas à entreprendre parce que l’emprise du marché et du système aussi ne permet pas de sortir des films aussi singuliers. »

Pour conclure, le producteur français a évoqué les risques encourus pour ce film : « Personne n’en a voulu, personne n’y a cru. Le réalisateur Jérémy Clapin et moi-même on y a cru, on a mis les moyens nous-mêmes, parce que c’était la seule manière de le financer. On a pris tous les risques avec une très forte conviction. »

Alors, qui sera le grand vainqueur de la compétition, et le « David » français va-t-il l’emporter face au « Goliath » US ?

Réponse le 10 février prochain, et en attendant…

Wait and SEE !

Pour lire l’entretien complet, avec france info culture c’est ici

A lire aussi : la liste des nominés aux oscars

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

+ de Wait and SEE

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !