Bernard Tapie est mort !

L’homme d’affaire avait joué dans une dizaine de séries et de films ainsi qu’au théâtre. Retour sur une gouaille sans pareille.

Pourtant coriace et pugnace, Bernard Tapie n’aura pas gagné son dernier combat. L’homme d’affaire, en proie à un double cancer depuis septembre 2017, est mort ce dimanche 3 octobre comme le rapporte La Provence.

L’homme d’affaire avait toujours été attiré par le milieu artistique, dans les années 1960, il s’était même lancé dans une carrière de chanteur sous le nom de Bernard Tapy, mais son parcours fut de courte durée.

C’est dans les années 1990 qu’il fait son entrée sur grand écran avec le film Hommes, femmes : mode d’emploi de Claude Lelouch. Il y partage alors l’affiche avec Fabrice Luchini, le duo attirera près d’un million trois cent mille spectateurs.

En 2001, c’est avec Yves Boisset pour le drame Cazas que Tapie jouera à nouveau au cinéma, mais le film ne sortira jamais sur grand écran. Suivra Un beau salaud l’adaptation de la pièce par d’Eric Civanyan dans lequel Tapie incarne François Dumoulin, un séducteur dont les quatre maîtresses vont s’unir contre lui.

Pour le petit écran, Tapie incarnera le Commissaire Valence de 2003 à 2008.

Dans les années 1980, baptisées les années fric, Bernard Tapie se lancera en tant qu’animateur télé avec l’émission Ambitions, mais sa véritable révélation d’acteur se réalisera au théâtre avec quatre pièces : Vol au-dessus d’un nid de coucous en 2001, Un beau salaud en 2004, Oscar en 2008 et Les Montagnes russes en 2012.

Evidemment, il y aura eu les affaires, le foot, la politique, la prison… on ne rentrera pas ici dans cette partie de la vie de Bernard Tapie, mais s’il y a bien un homme dont la vie réelle se rapprochait d’un scénario, c’est bien Tapie, une histoire dont sa gouaille sans pareille aura tenu le premier rôle pendant 78 ans.

Repose en paix Bernard Tapie.

Aidez SEE à rester gratuit, sans pub et indépendant.

TOUS NOS T-SHIRTS OLD SCHOOL à partir de 13 euros

Découvrez les t-shirts BY SEE

Et SEE tu partageais cet article ?

Découvre notre boutique

aidez See-mag à rester gratuit, sans pub et indépendant !