Par Denis Brusseaux

Il l’avait dit, il l’avait juré, Gran Torino était le dernier film qu’il réalisait avec lui-même en vedette. En revanche, Clint Eastwood ne s’interdisait pas de continuer à faire l’acteur pour d’autres, comme il le prouve aujourd’hui dans Une Nouvelle Chance filmé par Robert Lorenz, qui signe là sa première réalisation. Alors, Monsieur Clint prendrait-il des risques en s’immergeant dans l’univers inédit d’un cinéaste en herbe ? Pas vraiment. Car Robert Lorenz est d’abord et avant tout le producteur de tous les Eastwood depuis Créance de Sang, et cela se ressent tout du long de cette œuvre formatée au possible, dont on devine la moindre scène à l’avance. Vous vous souvenez du détournement parodique de Mozinor sur Luc Besson et la machine à écrire des scénarios ? Et bien on dirait qu’Une Nouvelle chance sort tout droit d’un engin similaire, mais programmé par l’Inspecteur Harry en personne. Tout y passe : le personnage interprété par Clint est forcément un inadapté incapable de se servir d’un ordinateur ou d’un smartphone, il accumule les signes de vieillesse (surdité, perte de la vue, sale caractère) mais reste un cador dans sa partie, les vieux forcément sages – ont toujours raison contre les jeunes, quant à eux invariablement cons sauf s’ils appartiennent à son clan, etc. Bien sûr, on a adoré cette formule autrefois (du Maître de Guerre à Space Cowboys), mais Lorenz n’en tire rien d’autre qu’un mélo asséché et creux, d’une lourdeur peu commune.

Date de sortie : 21 novembre 2012 – Durée : 1h51 – Réal. : Robert Lorenz – Avec :Clint Eastwood, Amy Adams, Justin Timberlake, John Goodman… – Genre : comédie – Nationalité : américain

Et SEE tu partageais cet article ?