Par Denis Brusseaux

L’idée de départ d’Alceste à bicyclette est venue à Philippe Le Guay au fil de conversations avec Fabrice Luchini, pendant le tournage des Femmes du 6e étage. Le comédien, passionné de Molière et du Misanthrope en particulier, lui confia qu’il répétait le personnage d’Alceste tous les matins, dans sa maison de l’île de Ré. Vie insulaire + théâtre + acteur culte = formule gagnante, et l’anecdote de se métamorphoser bien vite en un scénario taillé sur-mesure pour Luchini, qui ne pouvait qu’accepter. De fait, le sujet lui va si bien qu’on craint, au départ, que Le Guay ait manqué d’ambition, misant sur les habitudes du spectateur. Luchini est très (trop ?) évident en acteur retraité, détestant le monde du spectacle. Lambert Wilson sert de faire-valoir idéal, autant agacé que fasciné par son partenaire. Leurs affrontements sont prévisibles, comme cette scène dans laquelle Luchini est constamment interrompu par le téléphone portable de Wilson : efficace, mais déjà vu. Pourtant, on est vite conquis, au point de laisser presque toutes ses réserves au vestiaire. Les deux acteurs sont souvent drôles, de nombreux gags percutent (la vasectomie de Luchini, les déboires de Wilson avec un chauffeur de taxi nerveux), l’émotion commence à poindre. Jusqu’à un final prudent, mais néanmoins assez audacieux (si, si !). Quant à Le Guay, il s’interroge en creux sur la difficulté de faire, en France, un film qui ne soit ni trop théâtral, ni trop télévisuel. Bien vu.

Date de sortie : 16 janvier 2013 – Durée : 1h44 – Réal. : Philippe Le Guay – Avec : Fabrice Luchini, Lambert Wilson, Maya Sansa… – Genre : comédie – Nationalité : française

Et SEE tu partageais cet article ?