Par Christelle Laffin

Heather (Adelaide Clemens, saisissant sosie de Michelle Williams) vit semi-recluse et en cavale permanente avec son père adoptif, Chris (Sean Bean). Des visions terrifiantes de monstres grotesques et d’un parc d’attractions en flammes la hantent, lui indiquant le chemin de la ville de Silent Hill.

Quand son père disparaît, Heather comprend que son destin est lié à la cité fantôme. Elle part à sa recherche, accompagnée d’un camarade de classe au passé lui-même mystérieux… Après l’adaptation du jeu vidéo d’horreur Silent Hill par le Frenchie Christophe Gans, c’est au Britannique Michael J. Bassett (Solomon Kane) de se coller à la suite. En 3D et son surround, Silent Hill : révélation 3D relève plus du train fantôme en surcharge électrique, que d’un film d’horreur qui aurait son mot à dire sur la perte d’un être cher ou le conflit intérieur entre bien et mal.

Certes, on sursaute quand des membres sectionnés par un monstre à tête pyramidale nous sautent au visage. Mais les déambulations d’Heather dans un univers glauque, entre un hôpital psychiatrique, un Luna Park, un abattoir d’humains ou une salle d’opération hantée par des infirmières harpies, s’enchaînent davantage comme des niveaux de jeu au gore gratuit que selon une progression réfléchie.

Et l’on se demande ce que Malcom McDowell (Orange mécanique) et Carrie-Anne Moss (Matrix), en apparitions peu inspirées, viennent faire dans cette galère au scénario confus. Le constat est celui de l’« évolution » du genre. Quand Gans distillait une horreur graduelle, nimbée de cendres et de brouillard, parsemée de brillants soleils poétiques, celle de ce Silent Hill post Saw saisissait à la gorge, aux yeux et aux oreilles dès la première séquence pour ne plus lâcher le spectateur. Mais une série de shoots d’adrénaline efficaces ne font pas pour autant un film.

Date de sortie : 28 novembre 2012 – Durée : 1h34 – Réal. : Michael J. Bassett – Avec : Adelaide Clemens, Kit Harington, Sean Bean, Malcolm McDowell, Carrie-Anne Moss… – Genre : horreur – Nationalité : franco-américano-canadienne

Et SEE tu partageais cet article ?