Par Marc Godin

Après un documentaire, Sandrine Bonnaire passe à la fiction avec un sujet pour le moins délicat, la mort d’un enfant. Épaulée par un scénariste de Claude Sautet, elle suit la dérive mortifère de Jacques, Américain anéanti depuis le décès de son fils. Il retrouve son ex, désormais mariée et mère de Paul, 7 ans, un enfant qui va le faire sombrer…

On pensait voir du Pialat, on plonge dans du mauvais Sautet. La faute à un scénario paresseux, prévisible, qui présente dès le départ Paul comme un déséquilibré. Glacial, sans émotion, le film est handicapé par la lourdeur symbolique de certaines séquences, notamment quand les anciens amants regardent deux trapézistes, tête en bas, visages défaits, métaphore du couple en perdition.

Au crédit de Bonnaire, une mise en scène maîtrisée et une direction d’acteurs sans faille, avec en tête William Hurt, magnifique en père muré dans le chagrin.

Date de sortie : 31 octobre 2012 – Durée : 1h38 – Réal. : Sandrine Bonnaire – Avec : William Hurt, Alexandra Lamy, Augustin Legrand… – Genre : Drame – Nationalité : française

Et SEE tu partageais cet article ?