Par Marc Godin

Comment filme-t-on un jeune Indien qui dérive 227 jours sur un canot de sauvetage au milieu de l’océan avec à bord… un tigre ? « On ne filme pas », ont répondu en chœur M. Night Shyamalan, Alfonso Cuarón puis Jean-Pierre Jeunet, qui ont vite jeté l’éponge. Des producteurs malins ont alors pensé au Taïwanais Ang Lee, qui en a vu d’autres : il a mis en scène un géant vert en short mauve qui fait des bonds de plusieurs kilomètres, signé une déchirante histoire d’amour entre cow-boys, capturé l’esprit du cinéma de kung-fu et même recréé le festival de Woodstock avec un million de hippies défoncés ! Artiste généreux, grand formaliste, Ang Lee aborde tous les genres : des comédies hilarantes, des histoires d’amour lumineuses ou des blockbusters bourrés d’images de synthèse. Et toujours avec un supplément d’âme. Il était donc l’homme de la situation pour mettre en images le best-seller métaphorique de Yann Martel avec une 3D immersive qui vous plonge au cœur de l’aventure, comme dans Avatar de James Cameron. De fait, on ne regarde pas L’Odyssée de Pi, on le vit.

Le scénario très fluide de David Magee (Neverland) reprend la structure en flash-back du roman. Interviewé par un romancier canadien, Pi adulte raconte son incroyable odyssée. Ses parents décident de quitter leur Inde natale pour le Canada et d’y emmener tous les animaux de leur zoo. Lors d’une effroyable tempête, Pi Molitor (qui doit son nom à l’ancienne piscine parisienne !), excellent nageur de 17 ans, trouve refuge sur une barque en compagnie de quatre animaux rescapés : un zèbre, une hyène, un orang-outan et un énorme tigre du Bengale. Ils vont devoir partager la même couche, mais certains dormiront moins longtemps… Le carnage commence, et Pi va tout tenter pour survivre à la faim, à la soif, à la folie et au tigre affamé. Sur l’océan, Ang Lee déploie tous ses talents de conteur, de poète, de magicien. C’est un sublime livre d’images, comme dans un rêve, ou de visions effrayantes, comme dans un cauchemar : une baleine électrique illumine l’écran, des poissons volants déferlent sur le spectateur, la mort rôde… Enchanteur et prodigieux, ce huis clos en mer est également une fable sur le passage à l’age adulte, un grand film mystique, écologique. Épaulé par le chef op’ de Tron l’héritage, Claudio Miranda (ancien collaborateur de David Fincher), Ang Lee vous plonge au cœur de l’image, au cœur du cinéma : au pays de la magie, de l’émerveillement, du vertige. Tout est digital, et tout est vrai ! La mer, le tigre, la peur, l’espoir. Ce n’est pas un film, c’est un trip !

Sortie : 19 décembre 2012 – Durée : 2h05 – Réal. : Ang Lee – Avec : Suraj Sharma, Irrfan Khan, Ayush Tandon, Tabu, Gérard Depardieu… – Genre : aventures – Nationalité : américaine

Et SEE tu partageais cet article ?

Étiquettes: Américain / Film